Où trouver des informations sur les publics des musées ? Petit guide bibliographique à destination des étudiant-es et des professionnel-les

Femme avec le regard pensif s'accoudant sur une pile d'ouvrages
“Femme assise tenant un livre de la main droite et le bras gauche accoudé sur les livres”, sanguine de/d’après Le Brun, XVIIe s, Gallica

Beaucoup d’études de publics sont réalisées par les institutions patrimoniales et les musées sur leurs publics mais seule une partie des résultats est diffusée. Il est donc important de connaître les enquêtes menées, les types d’informations recueillies et les méthodologies employées ainsi que les publications qui en découlent. Ce billet n’a pas d’ambition d’exhaustivité mais de donner des pistes pour savoir où chercher et comment se structurent les connaissances et informations sur les publics. Il est amené à être complété au fur et à mesure avec les références les plus récentes en la matière. Il faut d’ailleurs se rappeler que les pratiques culturelles évoluent lentement et donc les rapports datant de plusieurs années ne sont pas « périmés », comme on peut souvent l’entendre.

La méthodologie des études de publics

Avant de pouvoir obtenir des connaissances sur les publics, il est nécessaire de mettre en place une enquête avec une méthodologie adaptée. Pour débuter des recherches sur les outils de médiation et/ou les études de publics, la bible sera l’ouvrage de Lucie Daignault, “L’évaluation muséale. Savoirs et savoir-faire” (2011). On y trouve une introduction avec l’histoire de l’évaluation muséale au Québec qui replace les enjeux de connaissances sur les publics et leurs usages au sein des musées (très proche de ce qu’il s’est passé en France), les types d’études qualitatives et quantitatives et les méthodologies adéquates avec des exemples de grilles, de questionnaires, de guides… Le grand intérêt réside également dans études de cas pour comprendre comment analyser les résultats. L’ouvrage est simple, clair et spécifique à la recherche en muséologie. Il est tout à fait adapté aux professionnel-les qui souhaiteraient s’initier aux enquêtes. On le trouve en achat en ligne, en BU et à la bibliothèque de la Cité des sciences et du CNAM.

Les études ministérielles

Aujourd’hui les fonctions de documentation et d’études statistiques du ministère de la Culture sont en grande majorité réunies au sein du Deps-Doc, il est donc utile d’aller régulièrement suivre les publications de ce département.

Dans ces publications, plusieurs concernent les publics des musées et du patrimoine.

  • Patrimostat : il s’agit d’une publication de référence sur la fréquentation des établissements patrimoniaux, en majorité ceux ayant une labellisation ministérielle (musées et monuments nationaux, musées de France, maison des illustres, microfolies, etc.). Ce document ne rentre pas dans le détail des enquêtes mais propose des synthèses d’étude et des « chiffres clés » sur la fréquentation des patrimoines présentés sous forme d’infographies.
  • “À l’écoute des visiteurs” : Grande enquête nationale réalisée maintenant tous les ans dans l’ensemble des musées nationaux et une quinzaine de monuments nationaux depuis 2010. Elle interroge les pratiques des visiteurs sur place ainsi que leur satisfaction. Vous trouverez la description de cette enquête (enjeux et méthodologie) ainsi que la liste des publications qui en ont été tirées dans cet article. Certains résultats synthétiques sont publiés dans Patrimostat chaque année.
  • Les études du Credoc : le baromètre biannuel sur les pratiques culturelles des Français financé par le ministère de la Culture interroge les pratiques de visite à l’échelle de la population française avec de nouveaux angles d’approche à chaque édition et en ayant un intérêt pour les pratiques touristiques. Les rapports complets et détaillés sont présentés sur le site du Crédoc et les synthèses sur le site du ministère de la Culture. Le dernier rapport date de 2017 et s’intitule “Les Français, de plus en plus amateurs de sorties patrimoniales“.
  • “Pratiques culturelles des Français” : enquête de référence qui a fondé l’analyse statistique comme instrument de mesure de l’action du ministère de la Culture, elle a lieu régulièrement depuis les années 70 et mesure les taux de pratiques déclarées de différents objets culturels dans la population française. Le panel des types de pratiques est large allant de la lecture à la pratique scientifique amateur en passant par la visite de musée. La 6e  édition date de 2018 et les résultats approfondis sont toujours en cours d’étude. Les analyses générales se trouvent ici et les tableaux de données .
  • Chiffres clés de la culture” : ouvrages synthétiques présentant des analyses synthétiques des différents champs de la culture et de la communication. Dans la partie patrimoine, les analyses concernant les musées présentent souvent une analyse de la fréquentation des musées et des expositions. Édités tous les ans, la dernière mouture des Chiffres clés datent de 2021 et on la trouve en ligne ici.

Les études des établissements patrimoniaux

Les établissements patrimoniaux réalisent régulièrement des enquêtes, que ce soit à l’occasion de stages, d’apprentissages ou de commandes à des prestataires. Elles portent sur des études de publics, souvent sur une exposition ou une année, l’évaluation d’outils de médiation ou encore des études de notoriété et de représentations à l’échelle des habitant-es d’une région. Les résultats complets et détaillés constituent une littérature grise rarement disponible mais on peut trouver quelques éléments dans les rapports d’activités mis en ligne régulièrement depuis plusieurs années. A minima on y trouve la fréquentation de l’année, celle des événements spéciaux ou nationaux (Journées du Patrimoine, Nuit des musées…) et depuis quelques temps la fréquentation du site internet et le nombre d’abonné-es sur les réseaux socionumériques. Les établissements patrimoniaux ayant les moyens financiers et humains ont souvent un observatoire permanent des publics. À côté des études annuelles s’intéressant à la structuration sociale des publics et leur satisfaction, on trouve des études de réception d’exposition, d’évaluation et d’usages d’outils et d’espace de médiation voire des études prospectives ou de préfiguration. Certains publient leurs rapports d’enquête en ligne et dans le cas contraire, il est souvent possible d’accéder à ces informations sur simple demande.

À venir : un autre billet avec les références des différents observatoires.

Les études touristiques

Les offices de tourisme réalisent des études, souvent assez générales et avec quelques informations. On peut trouver sur leur site internet les lieux de visite les plus fréquentés (souvent sans distinction de types de patrimoine, de labels, de statuts publics ou privés), la nationalité des touristes, le nombre moyen de nuitées dans la région ou de dépenses sur place… Elles permettent de comprendre des grandes tendances sur les comportements des touristes mais attention à bien regarder leur méthodologie (étude déclarative en office de tourisme, croisement de données institutionnelles, sondage sur les réseaux socionumériques…)

Les articles dans les revues académiques et professionnelles

Les études réalisées par les chercheur-ses ou les professionnel-les peuvent être publiées dans des revues spécialisées. Pour les plus connues en langue française, on peut regarder régulièrement dans Culture et Musées pour les approches académiques en SIC, ethnographie et sociologie ; ou la lettre de l’OCIM pour les articles professionnels. Elles traitent de thèmes plus larges que les études de publics mais on en trouve régulièrement, souvent avec des approches qualitatives (observations, entretiens) .

Les ouvrages de référence et la collection Musées-Monde

  • L’étude fondatrice “L’amour de l’art” de Bourdieu et Darbel (1968). L’enjeu de cette recherche est de définir les caractéristiques du public des musées d’art à partir d’enquêtes lancées entre 1964 et 1966 par le Centre de Sociologie Européenne. Les résultats statistiques mettent en évidence l’existence d’une « classe cultivée » composée d’individus qui bénéficient de tous les avantages aussi bien en matière d’éducation que de familiarité avec les œuvres d’art. L’étude des variables établit une relation presque parfaite entre le niveau d’instruction et la fréquentation des musées. La familiarité avec les œuvres permet d’en décoder et d’en comprendre la signification mais également de comprendre les schémas de pensée auxquelles elles se réfèrent. En fait, dans un domaine où l’apprentissage ne semble pas avoir de limites et semble être soumis à la bonne volonté de chacun, la perception du message adéquat dépend moins d’un ensemble de connaissances que de l’intériorisation de « l’attitude cultivée » (habitus).
  • Cent musées à la rencontre du public” de Lucien Mironer. Dans les années 1990, la direction des musées de France (DMF) va inciter les établissements à connaître leurs visiteurs : les caractéristiques sociodémographiques, le contexte de visite, et les appréciations de certains éléments du musée visité…L’outil créé, l’observatoire permanent des publics (OPP), est conçu par Lucien Mironer et son cabiner ARCMC. Une centaine de musées de toutes catégories, de tout type de fréquentation et dans l’ensemble des régions de France ont mis en œuvre ce protocole, à titre ponctuel ou sur du long terme. L’ouvrage rend compte des études mises en œuvre entre 1991 et 1999 et présente une photographie des publics selon les types de musées.
  • La collection Musées-Monde de La Documentation française existe depuis plus de 10 ans et propose des publications régulières sur les musées que ce soient des ouvrages monographiques sur un établissement ou un type d’établissement, les professionnel-les des musées, les tendances en muséologie ou encore sur les études de publics. L’ouvrage fondateur en ce sens est “La place des publics” (2015) dirigé par J. Eidelman, M. Roustan et B. Goldstein sur l’usage des études de publics dans les musées. Si les articles basés sur des études de publics émaillent les ouvrages, on pourra s’intéresser en particulier à “Visiter en famille. Socialisation et médiation des patrimoines” sous la direction d’A. Jonchery et S. Biraud, “Visiteurs photographes” sous la direction de S. Chaumier, A. Krebs, M. Roustan et ou encore “Le Musée participatif : L’ambition des écomusées“, sous la direction d’A. Delarge, assisté par I.Roussel (un compte-rendu de lecture est disponible ).

Les prestataires des musées

La plupart des musées ne mettent pas en œuvre eux-mêmes les études qu’ils souhaitent mener et font appel à des prestataires, quelles que soient leurs méthodes, leur formation et leur statut (association, société, auto-entreprise). On trouve parfois sur leur site internet ou leur newsletter des résultats d’études, sous des formats plus ou moins synthétiques. Exemples: association Mêtis, cabinet Gécé, Ipsos, Crédoc…

L’open data

Depuis la promulgation de la Loi pour une République numérique (2016), l’État pousse les administrations à ouvrir des jeux de données publiques pouvant être réutiliser à des fins de nouveaux services numériques, de connaissances et de transparence de l’action publique. Ainsi, on peut trouver des jeux de données sur data.gouv.fr (le site principal de dépôt des jeux de données) ou sur data.culture.gouv.fr sur :

  • des programmations événementielles et culturelles dans les musées à différentes échelles territoriales, par musée, par label (expositions d’intérêt national, label Tourisme et handicap), ou par évènement (Nuit des musées par exemple),
  • la fréquentation des musées et des études de publics
  • ou plus rarement des données de billetteries ou des systèmes d’horodatage.

Sous différents formats numériques, on accède aux base de données des enquêtes sous forme de tableurs. Ces formats permettent une exploitation secondaire des enquêtes et le croisement des bases de données pour de nouveaux angles d’analyse.

À venir : un billet sur les publics des autres types de patrimoine et d’établissements culturels.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Noémie Couillard (3 janvier 2023). Où trouver des informations sur les publics des musées ? Petit guide bibliographique à destination des étudiant-es et des professionnel-les. Penser les publics dans la culture et le patrimoine. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/syib


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.