« It’s History in the making![1]». Quand Beyoncé et Jay Z s’exposent au Louvre

par Noémie Couillard et Franck Freitas-Ekué (bio à la fin).

À la fin de leur concert à Londres tenu le 17 juin 2018, le célèbre couple Beyoncé & Jay Z sous le nom commun « The Carters » ont créé la surprise. L’annonce d’un nouvel album, intitulé « Everthing is Love », a été immédiatement suivi d’un clip « Apeshit » (réalisé par Ricky Saiz, co-designer en chef de la marque Suprême) dont la particularité  est qu’il se déroule au Louvre. L’effet de surprise a fait mouche! Le couple en « featuring » avec l’un des plus prestigieux musées au monde a créé le buzz médiatique voulu : les vues du clip sur Youtube[2] et les articles dans les médias sont au rendez-vous. Les journalistes ont beaucoup moins commenté la musique ou les paroles que l’association du couple avec le Louvre qui semble extraordinaire[3]. Les articles recensent les œuvres du musée aperçues dans le clip sur la forme d’un jeu de piste visuel qui « décrypte » un univers considéré comme peu familier de leur lectorat[4]. Il y est vu une consécration[5] et/ou une mise sur un pied d’égalité entre deux cultures :

  « Ce n’est pas un clip contre, dans le sens d’une revanche, mais un clip pour affirmer l’égalité de la culture afro-américaine, et plus généralement noire, avec la culture blanche », confirme ce lundi dans les colonnes du Parisien Gert Van Overloop, le manager du chorégraphe Sidi Larbi Cherkaoui qui a officié sur ce clip[6].

Les commentaires se basent sur le fait même de cette éclatante rencontre – qui serait suffisante – pour affirmer cette « égalité ». Il nous semble que l’œuvre visuelle est plus ambiguë sur les rapports de pouvoir et de légitimité qui s’y jouent, au-delà de l’effet de surprise et de singularité que le clip a pu susciter. Qui légitime qui ? Qu’est-ce qui est légitimé ? Le couple de star ? Une musique populaire africaine-américaine ? Une culture noire ? 

Cet article est l’occasion pour nous d’articuler nos deux champs d’étude qui ne le sont pas si souvent : la muséologie et la science politique. L’approche interdisciplinaire encouragée par les cultural studies nous permet de les réunir au service d’une analyse des expressions culturelles de populations stigmatisées. Les cultural studies invitent à considérer sérieusement ces expressions alors qu’elles sont volontiers perçues comme dénuées de tout intérêt autre que celui de divertir, y compris lorsqu’elles jouissent d’une large acclamation. En somme appréhender la représentation du monde que ces œuvres portent en termes idéologiques, dans sa relation antagoniste ou conformiste, voire les deux, avec la culture dite dominante, et qui rendent ces objets éminemment politiques. C’est sous cette tradition de pensée, qu’il nous paraît judicieux de porter notre intérêt sur ce vidéoclip en particulier qui croise justement deux productions aux légitimités culturelles a priori  différentes: une chanson de rap-RnB et le musée du Louvre. À ce titre, nous considérons le format vidéoclip comme une œuvre visuelle à part entière, porteuse de significations. Notre article combine deux niveaux d’analyse. Le premier propose une lecture iconographique à la croisée de l’histoire de l’art et des  collections muséales ainsi que de l’histoire des représentations des Noir·es dans les clips de rap et RnB. Le deuxième niveau met en tension ce que les articles de journaux ont largement mis en lumière et les éléments occultés pour questionner les effets de légitimité qui se joueraient dans la vidéo.

 Nous nous demanderons au final en quoi le « personnage » du Louvre, incarnation de la culture dite légitime, participe d’une politique d’élévation noire. D’après Kevin Gaines, ce concept renvoie à la responsabilité des élites économiques et politiques noires de mener le reste de la communauté vers son bien-être économique, politique et social, démarrée depuis l’esclavage négrier, et dont le couple incarne aujourd’hui le versant capitaliste triomphant[7]. À cet égard, notre analyse invite à porter un premier regard critique sur les rapports sociaux de race, de genre, et de classe qui sont montrés dans ce lieu très particulier qu’est le Louvre, en mettant l’accent sur les rapports sociaux de race curieusement minimisés par une bonne partie des médias français[8].

  1. Le Louvre, symbole de la démesure du couple star.

L’association black music-musée n’est pas nouvelle. Rappelons-nous qu’en 2016, Will.I.am utilise des images filmées au Louvre pour son clip « Mona Lisa Smile » en duo avec Nicole Scherzinger ou encore le clip « Est-ce que tu m’aimes ? » de Maître Gims tourné en partie au musée Guimet en 2015[9]. De notre point de vue, la différence majeure avec le clip des Carters est l’importance donné au musée. Les collections ne sont pas les seules mises en vedette, mais tous les éléments signifiants du lieu : l’intérieur/l’extérieur, les œuvres/l’architecture, l’ancien palais des rois/le musée, en un mot, l’exhaustivité d’un lieu qui témoigne de l’excellence (à la française). S’associer au Louvre, c’est sceller son destin dans l’histoire de l’art occidental mais plus encore dans l’Histoire avec un grand « H ».

  1. Revendiquer sa place dans l’histoire de l’art occidental 

Continuer la lecture