Rencontres/Publics n°4 : Usages des patrimoines numérisés

Synthèse rédigée par Alix Amzzoug, Sandra Barluet, Mathieu Beaufils, Tirsit Becker, Aidan Bellaunay

La Recontres/Publics #4 du 12 décembre 2023 porte sur l’accès numérique au patrimoine. Quatre interventions présentent cette thématique.

I. Présentation du Recueil de bonnes pratiques pour la mise en ligne des images patrimoniales

La première intervention de Martine Denoyelle et Damien Petermann présente un « Recueil de bonnes pratiques pour la diffusion en ligne des images patrimoniales » à paraitre courant 2024.

Martine Denoyelle est chargée de mission prospective numérique et responsable du projet « Usage/image » de lINHA lancé en 2017 avec le soutient de la fondation de France, dédié à la question de l’accès aux images pour les professionnels des arts.

Damien Petermann est docteur en géographie-aménagement à l’Université Jean Moulin Lyon 3.

Ce recueil présente une démarche qui vise à lever les barrières qui pénalisent la recherche et valorise l’utilisation des images des collections publiques. Il met l’accent sur l’open content  et la culture numérique au sein des institutions patrimoniales, en tenant compte des pratiques des publics en ligne. Ce recueil, basé sur des études sociologiques, offre un panorama des évolutions et des nouvelles pratiques destinées aux professionnels. Structuré en sept chapitres, il vise à sensibiliser et à diffuser des concepts et des modèles déjà en vigueur.

Continuer la lecture

Séance n°4 : Usages académiques et amateurs de la presse ancienne numérisée : entre besoins spécifiques de recherche et continuum d’usages

Article rédigé par Iris Carlotti – Milagros Cardenutto – Manon Campbell – Emeline Chaumereuil

Par Eugénie Martin, chargée de collections et de valorisation scientifique au service de la Presse, BnF.

 

Le Journal, BnF, département Droit, économie, politique, JOD-220, numérisée par Bibliothèque nationale de France
Source gallica.bnf.fr: https://gallica.bnf.fr/view3if/ga/ark:/12148/bpt6k7632369b
17 juillet 1938

Aujourd’hui, une partie significative des collections de presse ancienne en France est dans un état de conservation préoccupant. La sauvegarde de ce patrimoine écrit, en particulier par la numérisation, devient urgente au niveau national comme à l’échelle locale. Ces vingt dernières années, la mise en ligne de vastes corpus a considérablement augmenté les ressources disponibles pour les chercheurs spécialisés dans l’étude de la presse, ainsi que pour les amateurs d’histoire ou de généalogie qui consultent ce type d’archives. Alors que de nombreuses initiatives visent à promouvoir ce patrimoine et que les avancées technologiques multiplient les possibilités d’exploitation des corpus, le travail d’Eugénie Martin se concentre sur une meilleure compréhension des usages des lecteurs afin de proposer des pistes de valorisation adaptées à leurs besoins. 

Numériser pour sauvegarder un patrimoine en danger

La presse ancienne est un patrimoine culturel précieux mais fragile. Les collections sont souvent dispersées (les corpus sont disséminés dans différentes institutions), hétérogènes et difficiles à indexer, ce qui complique leur conservation et leur accessibilité. La numérisation apparaît comme une solution efficace pour sauvegarder ces documents menacés tout en les rendant plus accessibles. Grâce aux plateformes de numérisation de la documentation par régions puis à l’échelle nationale, on note des avancées significatives mais des efforts restent nécessaires pour renforcer les moyens alloués à cette tâche.

La numérisation des collections a amplifié les usages et le profil des utilisateurs des collections patrimoniales. Depuis la décennie 2010, la numérisation a conduit à une présence accrue d’usagers amateurs, notamment à la BnF. Un rapport de 2022 constate que ces utilisateurs, souvent en quête de documents pour la  généalogie ou l’histoire locale, sont devenus très importants parmi les usagers de la bibliothèque numérique, alors qu’ils étaient rares en salle de lecture. L’Observatoire des publics de la BnF note également une diversification des profils : bien que 35% des usagers soient des chercheurs académiques, 33% sont des chercheurs amateurs. Cette augmentation témoigne des effets directs du numérique sur la diversification des publics de la BnF.

Numériser pour mieux valoriser

La numérisation ne se limite pas à la préservation; elle ouvre aussi des perspectives nouvelles pour la valorisation de la presse ancienne. Les programmes de numérisation nationaux et régionaux, tels que ceux de Gallica et RetroNews, jouent un rôle clé dans la diffusion des collections numérisées. Ces plateformes permettent une accessibilité accrue et une exploration plus facile des archives, répondant ainsi aux besoins variés des chercheurs, historiens, amateurs d’histoire et généalogistes.

Premièrement, l’accessibilité accrue joue un rôle essentiel. Gallica permet un accès en ligne gratuit et illimité à une vaste collection de documents numérisés. En rendant ces ressources disponibles à tous, Gallica démocratise l’accès à l’information et au patrimoine culturel. De son côté, RetroNews propose des articles, des dossiers thématiques, et des contenus éditoriaux qui contextualisent les archives de presse. Cela aide les utilisateurs à comprendre l’importance historique des documents et à les interpréter correctement. Ces contenus enrichissent l’expérience utilisateur en fournissant des analyses, des perspectives sur les événements et les tendances historiques.

Deuxièmement, les outils de recherche avancés intégrés sur ces plateformes facilitent grandement l’exploration des archives. Les utilisateurs peuvent effectuer des recherches par mots-clés, dates, titres de journaux et autres critères spécifiques. RetroNews va même plus loin en proposant des outils de recherche contextuelle et des filtres qui aident les utilisateurs à affiner leurs recherches et à découvrir des documents pertinents rapidement.

En combinant accessibilité et outils de recherche avancés, Gallica et RetroNews révolutionnent la manière dont les collections numérisées sont diffusées et utilisées.

Synthèse des résultats

L’enquête a été soigneusement conçue pour explorer les usages et besoins des utilisateurs de la presse ancienne numérisée, ciblant principalement deux panels : les chercheurs de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) et les généalogistes ou amateurs d’histoire. Les chercheurs de l’ESR ont été sollicités via des laboratoires et unités de recherche spécialisés dans l’étude de la presse et des médias, ainsi que ceux travaillant dans les humanités numériques. Pour les généalogistes et amateurs d’histoire, l’enquête a été diffusée par des réseaux de généalogistes, des sociétés savantes, et des listes de diffusion comme Bibliopat et AAF. Afin de faciliter les comparaisons, les questions posées aux deux panels étaient similaires, à l’exception de la première section qui portait sur le profil général des répondants. Le questionnaire, comprenant environ vingt questions, a été conçu pour une participation rapide d’environ cinq minutes.

L’enquête a été diffusée sous forme électronique, touchant ainsi une audience familière avec les outils numériques. Conformément au RGPD, la participation était anonyme et les données personnelles n’ont pas été conservées, les réponses étant anonymisées dans la synthèse. L’enquête a recueilli un total de 388 réponses, dont 147 de chercheurs de l’ESR et 241 de généalogistes et amateurs d’histoire.

L’analyse des résultats révèle des profils variés avec un bon équilibre de genre et une diversité géographique notable. Parmi les chercheurs de l’ESR, on trouve des universitaires, des doctorants et des membres de laboratoires, tandis que les généalogistes et amateurs d’histoire incluent majoritairement des femmes actives et de jeunes chercheurs. Les besoins et les usages diffèrent entre les deux groupes, bien que des points communs existent, tels que l’intérêt pour des outils d’analyse avancés et des fonctionnalités facilitant la recherche et l’exploitation des corpus numérisés. Les chercheurs de l’ESR montrent un intérêt particulier pour des outils de textométrie et de traitement de données, tandis que les généalogistes sont plus intéressés par des outils facilitant la recherche généalogique. Cette synthèse met en lumière la diversité des utilisateurs et leurs besoins spécifiques, soulignant l’importance d’adapter les outils et les formations pour répondre efficacement aux attentes de chaque groupe.

Conclusion

La numérisation de la presse ancienne en France représente un défi majeur pour la conservation et la valorisation de ce patrimoine. Les initiatives actuelles ont posé les bases d’une meilleure accessibilité, mais une attention continue aux besoins des usagers est essentielle pour maximiser les effets de ces efforts. 

L’enquête a permis de formuler deux recommandations principales. D’abord, il est crucial d’améliorer les moteurs de recherche. Cela implique d’augmenter la qualité de l’OCR pour permettre une recherche en texte intégral plus efficace sur tous les titres numérisés, ainsi que d’améliorer l’affichage des résultats avec des triages, des contextualisations améliorées, et des filtres de recherche plus précis. Ensuite, il est recommandé d’intensifier les programmes de numérisation pour combler les lacunes des collections mises en ligne. Cela nécessite une concertation accrue entre les établissements de conservation, ainsi que la garantie de la gratuité d’accès à toutes les ressources de presse libres de droits et l’amélioration de la qualité des métadonnées pour un traitement plus précis des collections.

Référence 

Martin, E. (2023). Les modèles de valorisation numérique de la presse ancienne en France (Mémoire d’étude de DCB, Promotion 2022/2023). École Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques (ENSSIB). Disponible à : ENSSIB.

Visiter, photographier, partager : analyser un continuum de pratiques

Un nouvel ouvrage sur les publics des musées est sorti il y a quelques mois. Il s’agit de Voir autrement. Nouvelles études sur les visiteurs de musée sous la direction de Matthias Blanc, Jacqueline Eidelman et Annick Meunier. Il s’agit des annales du séminaire conjoint de muséologie organisé par l’École du Louvre et GREM-UQAM depuis plusieurs années. Sur le site de la maison d’édition, l’ouvrage est présenté comme suit :

En un demi-siècle, la connaissance des visiteurs est passée du statut de question mineure à celui de question structurante, aussi bien pour les chercheurs en muséologie que pour les professionnels des musées.
Les contributions réunies explorent les formes hypermodernes de l’expérience de visite. Elles
scrutent les effets de la transition numérique sur l’offre muséale et les usages des publics aussi bien que sur les pratiques d’enquêtes. En croisant les approches disciplinaires, elles redessinent le parcours des regards des visiteurs et mettent en lumière le changement des musées qui évoluent d’une fonction conservationnelle vers une fonction conversationnelle. (source)

Cette somme de 30 articles et de ses compléments deviendra très certainement une référence, comme l’est “La place des publics” sorti en 2008 dans la même collection, sous la direction de Jacqueline Eidelman, Mélanie Roustan et Eisabeth Goldstein.

Photographier au musée (Centre Georges Pompidou, Paris)

Source :”Photographier au musée (Centre Georges Pompidou, Paris)” by dalbera is licensed under CC BY 2.0.

Dans cet ouvrage, vous trouverez un article co-écrit avec Maylis Nouvellon intitulé “Visiter, photographier, partager : analyser un continuum de pratiques”. En voici l’introduction :

En 2010, les pratiques numériques font l’objet d’une attention particulière dans le secteur culturel. En 2009 paraissait une nouvelle édition de l’enquête nationale Pratiques culturelles des Français « à l’ère numérique », intégrant pour la première fois un questionnement sur ces pratiques. Elle montrait la spectaculaire progression des usages d’ordinateur dans le cadre des loisirs et d’internet et mettait en exergue les articulations, à géométrie variable suivant les catégories de populations, entre la culture d’écran et la culture de sortie[1]. C’est aussi une période charnière pour le secteur patrimonial : les établissements accroissent leur présence en ligne, les activités liées aux outils numériques se spécialisent et se professionnalisent[2].  Les initiatives se multiplient pour intégrer des dispositifs numériques dans la visite ou construire des nouvelles formes d’adresse aux publics en lien avec ces pratiques (Muséomix, développement des concours photographiques[3], etc.). En un peu plus d’une décennie, les usages numériques ont été érigés en enjeu majeur pour les établissements patrimoniaux : enjeu d’image, de communication, de prise en compte des publics et de leurs pratiques. Aussi, lorsqu’en 2010, le ministère de la Culture lance une large enquête de connaissance des publics des patrimoines – « À l’écoute des visiteurs » – la question des pratiques numériques liées à la visite s’impose : comment s’articule la visite avec ces pratiques en ligne ? « À l’écoute des visiteurs » a été élaboré au sein du Département de la politique des publics du ministère de la Culture pour intégrer dans un protocole d’enquête unifié un ensemble de musées et de monuments nationaux variés par leur type de patrimoine, de collections, leur taille, leur localisation géographique. Ensemble, ces établissements sont représentatifs de la diversité du secteur du patrimoine national en France. Cette enquête alimente la recherche sociologique sur les publics des patrimoines et leurs évolutions. Elle offre ici l’opportunité de jeter un regard rétrospectif sur les usages numériques des visiteuses et visiteurs en explorant les données collectées depuis 10 ans.

Pour voir le sommaire du livre et trouver notre article : https://www.vie-publique.fr/catalogue/292060-voir-autrement

[1] DONNAT O., Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique, Enquête 2008, Paris, La découverte, Ministère de la Culture et de la Communication, 2009, pp. 205-224

[2] COUILLARD, N., Les community managers des musées français : identité professionnelle, stratégies numériques et politique des publics. Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, sous la direction de Jacqueline EIDELMAN et d’Yves BERGERON, 2017, Avignon/Montréal, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse/Université du Québec à Montréal. [En ligne]. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01715055/document.

[3] COUILLARD, N., « Les concours photographiques ou les ambiguïtés de la participation des visiteurs », CHAUMIER S., KREBS A., ROUSTAN M. (dir), Visiteurs photographes, 2013, Paris, La documentation Française, pp. 239-250

Une fin d’année de présentations

En cette fin d’année, nous allons intervenir à différentes journées d’étude et colloques pour présenter différentes études en cours. En voici la liste.

Créations Artistiques Heurtier (Photographe) ; Comptoir et présentation au supermarché de Perros-Guirec, 30 juin 1961, Les Champs Libres, licence CC-BY-NC-ND, http://www.collections.musee-bretagne.fr/ark:/83011/FLMjo370567

Le 30 novembre 2023 : journée d’étude “Les lieux d’étude et de la recherche aujourd’hui : entre fonctions sociales et fonctions documentaires” à la BnF Richelieu

  • Programme et inscription : https://bnf.hypotheses.org/37048
  • Présentation : « Numérisation et médiation numérique des archives : quels renouvellements dans les pratiques des généalogistes ? » par Noémie Couillard

Les 6-7 et 8 décembre 2023 : colloque international “Culture en régime numérique” organisé par Le DEPS-Doc du ministère de la Culture, l’Université Sorbonne Paris Nord (équipe EXPERICE) et le Centre Georges Pompidou 

2 présentations :

  • “Les offres patrimoniales en ligne : une diffusion au plus grand nombre ?” par Maylis Nouvellon

Résumé :

L’objectif de cette communication est d’interroger les rapports des publics des musées et monuments à l’offre patrimoniale en ligne et leurs évolutions depuis la crise sanitaire. L’amplification des activités patrimoniales en ligne pendant le confinement a fait espérer une diversification sociale des publics par ces offres (Jonchery & Lombardo, 2020) et a réactivé un imaginaire prégnant autour des effets supposés du numérique pour ces institutions (Sandri, 2016 ; Couillard, 2017). Trois ans plus tard, quelle place les publics accordent à l’offre patrimoniale en ligne aujourd’hui qu’ils reviennent largement visiter ces lieux ? Pour y répondre, nous prendrons appui sur l’enquête annuelle « A l’écoute des visiteurs » (AEV) conduite par le DEPS-Doc au ministère de la Culture. Depuis dix ans, elle a lieu dans soixante établissements nationaux formant un corpus représentatif de la diversité du champ patrimonial français (en termes de types de patrimoines – monuments, musées d’arts, de société, de sciences,… – et de volume de fréquentation). Environ 10 000 visiteurs et visiteuses y répondent offrant ainsi une connaissance générale des publics et leurs évolutions. Depuis 2020, AEV interroge les usages de l’offre en ligne qu’ils soient ou non corrélés à la visite sur place : visiter des expositions virtuelles, consulter des vidéos, des podcasts, participer en ligne à des jeux, conférences ou MOOC proposés par des établissements,… 

Premièrement, la consultation de l’offre patrimoniale en ligne n’a pas encore l’ampleur espérée par les professionnel.les et promue par les prestataires de services numériques (Appiotti, Sandri, 2020).  De plus, si les expositions virtuelles, vidéos et podcasts ont eu la faveur des publics pendant la fermeture des lieux, elles semblent aujourd’hui marquer le pas . D’autres se maintiennent sur la période, comme la consultation d’informations pratiques ou de contenus pour enfants, probablement parce qu’elles outillent la venue des publics sur place.

Deuxièmement, une typologie de ces usages (plus ou moins extensifs et selon certaines finalités : communiquer, partager, se former, etc.) distingue à la fois des dynamiques sociales et générationnelles à l’œuvre.  D’un côté, elles montrent le prolongement en ligne de clivages sociaux d’accès à ces lieux. Seules les pratiques ludiques échappent à ce constat d’ensemble en suscitant un plus fort attrait chez des publics d’origine plus populaire. On peut ici supposer qu’elles parviennent à instaurer un rapport plus familier et de là plus démocratique (Passeron, 2003) à ces lieux. De l’autre, les différences d’usages des plus jeunes (plus souvent attirés par les podcasts et activités, notamment ludiques, sur les RSN) aux plus âgés, plus portés vers les expositions virtuelles, interrogent la pérennité de certaines offres : entre attrait générationnel ou effet d’âge dans l’adoption de ces pratiques ?

Aussi, dans un dernier temps, nous déplacerons la focale sur les styles de médiation développés dans ces contenus en ligne comme analyseur de l’intérêt plus ou moins marqué des publics pour ces offres patrimoniales numériques (Couillard, Nouvellon, 2018 ; Lesaffre, Couillard, Nouvellon, 2021). Ce questionnement amènerait à comprendre ces offres patrimoniales en ligne comme des médiations culturelles avant d’être des médiations numériques (Navarro, Renaud, 2019).

  • “La généalogie en ligne : une activité pour rediscuter les pratiques amateurs ?” par Noémie Couillard

Résumé :

Pratique culturelle en expansion depuis 50 ans (Guigueno, 2019 ; Fontanaud, 2009 ; Sofres, 2001), la généalogie l’est encore plus actuellement grâce aux politiques ministérielles de numérisation des archives, de la création de plateformes et d’outils par des sociétés privées et du développement de blogs et forums d’entraide. En 2020, 475 millions de documents numérisés sont accessibles sur les sites internet des archives nationales, régionales, départementales et municipales françaises et près de 1,8 milliards de pages et images ont été vues par les usagers (SIAF, 2021).

Cette communication souhaite interroger les transformations de la généalogie dans ce contexte où la majorité de la pratique ne se fait plus ni dans les salles d’archives ni dans des clubs et où les usages en ligne se sont développés très fortement en parallèle de la disponibilité des fonds numérisés (Guigueno et Pénicaut, 2015 ; Médiamétrie et NetRatings, 2007). Nous répondrons à ces questionnements à partir d’une enquête par questionnaires initiée par le Service Interministériel des Archives en France en 2021 sur leurs publics en ligne de 100 services d’archives différents (données en open data, n=27 724). Grâce à elle, on sait que plus de 8 usagers sur 10 se connectent pour une recherche généalogique et plus de 9 sur 10 pour consulter les documents numérisés.

Premièrement, un portrait socioculturel des généalogistes sera brossé : ces usagers sont majoritairement des hommes, âgés (64 ans en moyenne) mais avec un renouvellement des pratiquants assez fort (un tiers des usagers l’est depuis moins de 5 ans), moyennement diplômés, et avec des pratiques de visites de musées et lieux patrimoniaux fortement tournés vers l’histoire et la mémoire. Deuxièmement, les usages des sites des archives seront détaillés (ancienneté de ce type d’usages, fréquence de connexion, venue en salle, types de services d’archives) et notamment l’articulation avec d’autres usages numériques, que ce soit la mobilisation d’autres bases de données documentaires et patrimoniales, de ressources en ligne (revues, blogs spécialisés, vidéos sur Youtube) et la présence en ligne (réseaux socionumériques et blogs personnels). Plus précisément, il sera discuté de la forte familiarité numérique ordinaire de ces usagers qui est interrogée pour la première fois dans une enquête du champ de la culture et qui place l’activité amateur dans un ensemble plus vaste de compétences techniques et informationnelles. Enfin, troisièmement, nous souhaitons interroger les connaissances et les manques d’information sur les généalogistes dans les enquêtes institutionnelles (notamment leur formation) comme reflet des politiques culturelles menées par les services archives. En effet aujourd’hui, malgré cette enquête, ces amateurs restent une catégorie de publics déconsidérée et illégitime, auxquels les chercheurs et étudiants sont préférés.

Les Rencontres/Publics sur les usages des patrimoines numérisés

Quel avenir pour la consultation des archives à l’université ?

Des collégiens sont à une table à travailler dans la salle de lecture d'un service d'archives

Collège LP recherche aux archives pour le Label Centenaire avec Madame Cendres (AM Montpellier)

Le Service interministériel des archives de France (ministère de la Culture) mène une enquête sur le travail à partir d’archives dans les sciences humaines et sociales, quels que soient les types d’archives ou leur lieu de conservation. Elle vise à cerner les

usages des sources d’archives pour l’enseignement ou pour des travaux de recherche (mémoire, thèse, recherche universitaire) mais aussi les raisons de leur non utilisation.

Ce questionnaire s’adresse :

  • Aux enseignant(e)s en sciences humaines et sociales (incluant le droit) : maître(sse)s de conférences, doctorant(e) donnant des cours, enseignant(e) contractuel(le), ATER, PRAG…       
  • Aux personnes qui viennent d’entrer en master ou ont obtenu un master 2 ces deux dernières années.  

Ce questionnaire s’adapte autant que possible à toutes ces situations. Il dure environ 10 minutes. Il est constitué majoritairement de questions fermées et ne nécessite pas d’aller chercher des informations ailleurs. Les réponses sont anonymes.

Le lien du questionnaire : https://s1.sphinxonline.net/surveyserver/s/VPCMN/Avenir_archives/questionnaire.htm

Nous vous remercions d’y répondre et de le diffuser aux personnes concernées.

L’enquête est ouverte jusqu’à la fin du mois de novembre 2024.