Visiter, photographier, partager : analyser un continuum de pratiques

Un nouvel ouvrage sur les publics des musées est sorti il y a quelques mois. Il s’agit de Voir autrement. Nouvelles études sur les visiteurs de musée sous la direction de Matthias Blanc, Jacqueline Eidelman et Annick Meunier. Il s’agit des annales du séminaire conjoint de muséologie organisé par l’École du Louvre et GREM-UQAM depuis plusieurs années. Sur le site de la maison d’édition, l’ouvrage est présenté comme suit :

En un demi-siècle, la connaissance des visiteurs est passée du statut de question mineure à celui de question structurante, aussi bien pour les chercheurs en muséologie que pour les professionnels des musées.
Les contributions réunies explorent les formes hypermodernes de l’expérience de visite. Elles
scrutent les effets de la transition numérique sur l’offre muséale et les usages des publics aussi bien que sur les pratiques d’enquêtes. En croisant les approches disciplinaires, elles redessinent le parcours des regards des visiteurs et mettent en lumière le changement des musées qui évoluent d’une fonction conservationnelle vers une fonction conversationnelle. (source)

Cette somme de 30 articles et de ses compléments deviendra très certainement une référence, comme l’est “La place des publics” sorti en 2008 dans la même collection, sous la direction de Jacqueline Eidelman, Mélanie Roustan et Eisabeth Goldstein.

Photographier au musée (Centre Georges Pompidou, Paris)

Source :”Photographier au musée (Centre Georges Pompidou, Paris)” by dalbera is licensed under CC BY 2.0.

Dans cet ouvrage, vous trouverez un article co-écrit avec Maylis Nouvellon intitulé “Visiter, photographier, partager : analyser un continuum de pratiques”. En voici l’introduction :

En 2010, les pratiques numériques font l’objet d’une attention particulière dans le secteur culturel. En 2009 paraissait une nouvelle édition de l’enquête nationale Pratiques culturelles des Français « à l’ère numérique », intégrant pour la première fois un questionnement sur ces pratiques. Elle montrait la spectaculaire progression des usages d’ordinateur dans le cadre des loisirs et d’internet et mettait en exergue les articulations, à géométrie variable suivant les catégories de populations, entre la culture d’écran et la culture de sortie[1]. C’est aussi une période charnière pour le secteur patrimonial : les établissements accroissent leur présence en ligne, les activités liées aux outils numériques se spécialisent et se professionnalisent[2].  Les initiatives se multiplient pour intégrer des dispositifs numériques dans la visite ou construire des nouvelles formes d’adresse aux publics en lien avec ces pratiques (Muséomix, développement des concours photographiques[3], etc.). En un peu plus d’une décennie, les usages numériques ont été érigés en enjeu majeur pour les établissements patrimoniaux : enjeu d’image, de communication, de prise en compte des publics et de leurs pratiques. Aussi, lorsqu’en 2010, le ministère de la Culture lance une large enquête de connaissance des publics des patrimoines – « À l’écoute des visiteurs » – la question des pratiques numériques liées à la visite s’impose : comment s’articule la visite avec ces pratiques en ligne ? « À l’écoute des visiteurs » a été élaboré au sein du Département de la politique des publics du ministère de la Culture pour intégrer dans un protocole d’enquête unifié un ensemble de musées et de monuments nationaux variés par leur type de patrimoine, de collections, leur taille, leur localisation géographique. Ensemble, ces établissements sont représentatifs de la diversité du secteur du patrimoine national en France. Cette enquête alimente la recherche sociologique sur les publics des patrimoines et leurs évolutions. Elle offre ici l’opportunité de jeter un regard rétrospectif sur les usages numériques des visiteuses et visiteurs en explorant les données collectées depuis 10 ans.

Pour voir le sommaire du livre et trouver notre article : https://www.vie-publique.fr/catalogue/292060-voir-autrement

[1] DONNAT O., Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique, Enquête 2008, Paris, La découverte, Ministère de la Culture et de la Communication, 2009, pp. 205-224

[2] COUILLARD, N., Les community managers des musées français : identité professionnelle, stratégies numériques et politique des publics. Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, sous la direction de Jacqueline EIDELMAN et d’Yves BERGERON, 2017, Avignon/Montréal, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse/Université du Québec à Montréal. [En ligne]. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01715055/document.

[3] COUILLARD, N., « Les concours photographiques ou les ambiguïtés de la participation des visiteurs », CHAUMIER S., KREBS A., ROUSTAN M. (dir), Visiteurs photographes, 2013, Paris, La documentation Française, pp. 239-250

Une fin d’année de présentations

En cette fin d’année, nous allons intervenir à différentes journées d’étude et colloques pour présenter différentes études en cours. En voici la liste.

Créations Artistiques Heurtier (Photographe) ; Comptoir et présentation au supermarché de Perros-Guirec, 30 juin 1961, Les Champs Libres, licence CC-BY-NC-ND, http://www.collections.musee-bretagne.fr/ark:/83011/FLMjo370567

Le 30 novembre 2023 : journée d’étude “Les lieux d’étude et de la recherche aujourd’hui : entre fonctions sociales et fonctions documentaires” à la BnF Richelieu

  • Programme et inscription : https://bnf.hypotheses.org/37048
  • Présentation : « Numérisation et médiation numérique des archives : quels renouvellements dans les pratiques des généalogistes ? » par Noémie Couillard

Les 6-7 et 8 décembre 2023 : colloque international “Culture en régime numérique” organisé par Le DEPS-Doc du ministère de la Culture, l’Université Sorbonne Paris Nord (équipe EXPERICE) et le Centre Georges Pompidou 

2 présentations :

  • “Les offres patrimoniales en ligne : une diffusion au plus grand nombre ?” par Maylis Nouvellon

Résumé :

L’objectif de cette communication est d’interroger les rapports des publics des musées et monuments à l’offre patrimoniale en ligne et leurs évolutions depuis la crise sanitaire. L’amplification des activités patrimoniales en ligne pendant le confinement a fait espérer une diversification sociale des publics par ces offres (Jonchery & Lombardo, 2020) et a réactivé un imaginaire prégnant autour des effets supposés du numérique pour ces institutions (Sandri, 2016 ; Couillard, 2017). Trois ans plus tard, quelle place les publics accordent à l’offre patrimoniale en ligne aujourd’hui qu’ils reviennent largement visiter ces lieux ? Pour y répondre, nous prendrons appui sur l’enquête annuelle « A l’écoute des visiteurs » (AEV) conduite par le DEPS-Doc au ministère de la Culture. Depuis dix ans, elle a lieu dans soixante établissements nationaux formant un corpus représentatif de la diversité du champ patrimonial français (en termes de types de patrimoines – monuments, musées d’arts, de société, de sciences,… – et de volume de fréquentation). Environ 10 000 visiteurs et visiteuses y répondent offrant ainsi une connaissance générale des publics et leurs évolutions. Depuis 2020, AEV interroge les usages de l’offre en ligne qu’ils soient ou non corrélés à la visite sur place : visiter des expositions virtuelles, consulter des vidéos, des podcasts, participer en ligne à des jeux, conférences ou MOOC proposés par des établissements,… 

Premièrement, la consultation de l’offre patrimoniale en ligne n’a pas encore l’ampleur espérée par les professionnel.les et promue par les prestataires de services numériques (Appiotti, Sandri, 2020).  De plus, si les expositions virtuelles, vidéos et podcasts ont eu la faveur des publics pendant la fermeture des lieux, elles semblent aujourd’hui marquer le pas . D’autres se maintiennent sur la période, comme la consultation d’informations pratiques ou de contenus pour enfants, probablement parce qu’elles outillent la venue des publics sur place.

Deuxièmement, une typologie de ces usages (plus ou moins extensifs et selon certaines finalités : communiquer, partager, se former, etc.) distingue à la fois des dynamiques sociales et générationnelles à l’œuvre.  D’un côté, elles montrent le prolongement en ligne de clivages sociaux d’accès à ces lieux. Seules les pratiques ludiques échappent à ce constat d’ensemble en suscitant un plus fort attrait chez des publics d’origine plus populaire. On peut ici supposer qu’elles parviennent à instaurer un rapport plus familier et de là plus démocratique (Passeron, 2003) à ces lieux. De l’autre, les différences d’usages des plus jeunes (plus souvent attirés par les podcasts et activités, notamment ludiques, sur les RSN) aux plus âgés, plus portés vers les expositions virtuelles, interrogent la pérennité de certaines offres : entre attrait générationnel ou effet d’âge dans l’adoption de ces pratiques ?

Aussi, dans un dernier temps, nous déplacerons la focale sur les styles de médiation développés dans ces contenus en ligne comme analyseur de l’intérêt plus ou moins marqué des publics pour ces offres patrimoniales numériques (Couillard, Nouvellon, 2018 ; Lesaffre, Couillard, Nouvellon, 2021). Ce questionnement amènerait à comprendre ces offres patrimoniales en ligne comme des médiations culturelles avant d’être des médiations numériques (Navarro, Renaud, 2019).

  • “La généalogie en ligne : une activité pour rediscuter les pratiques amateurs ?” par Noémie Couillard

Résumé :

Pratique culturelle en expansion depuis 50 ans (Guigueno, 2019 ; Fontanaud, 2009 ; Sofres, 2001), la généalogie l’est encore plus actuellement grâce aux politiques ministérielles de numérisation des archives, de la création de plateformes et d’outils par des sociétés privées et du développement de blogs et forums d’entraide. En 2020, 475 millions de documents numérisés sont accessibles sur les sites internet des archives nationales, régionales, départementales et municipales françaises et près de 1,8 milliards de pages et images ont été vues par les usagers (SIAF, 2021).

Cette communication souhaite interroger les transformations de la généalogie dans ce contexte où la majorité de la pratique ne se fait plus ni dans les salles d’archives ni dans des clubs et où les usages en ligne se sont développés très fortement en parallèle de la disponibilité des fonds numérisés (Guigueno et Pénicaut, 2015 ; Médiamétrie et NetRatings, 2007). Nous répondrons à ces questionnements à partir d’une enquête par questionnaires initiée par le Service Interministériel des Archives en France en 2021 sur leurs publics en ligne de 100 services d’archives différents (données en open data, n=27 724). Grâce à elle, on sait que plus de 8 usagers sur 10 se connectent pour une recherche généalogique et plus de 9 sur 10 pour consulter les documents numérisés.

Premièrement, un portrait socioculturel des généalogistes sera brossé : ces usagers sont majoritairement des hommes, âgés (64 ans en moyenne) mais avec un renouvellement des pratiquants assez fort (un tiers des usagers l’est depuis moins de 5 ans), moyennement diplômés, et avec des pratiques de visites de musées et lieux patrimoniaux fortement tournés vers l’histoire et la mémoire. Deuxièmement, les usages des sites des archives seront détaillés (ancienneté de ce type d’usages, fréquence de connexion, venue en salle, types de services d’archives) et notamment l’articulation avec d’autres usages numériques, que ce soit la mobilisation d’autres bases de données documentaires et patrimoniales, de ressources en ligne (revues, blogs spécialisés, vidéos sur Youtube) et la présence en ligne (réseaux socionumériques et blogs personnels). Plus précisément, il sera discuté de la forte familiarité numérique ordinaire de ces usagers qui est interrogée pour la première fois dans une enquête du champ de la culture et qui place l’activité amateur dans un ensemble plus vaste de compétences techniques et informationnelles. Enfin, troisièmement, nous souhaitons interroger les connaissances et les manques d’information sur les généalogistes dans les enquêtes institutionnelles (notamment leur formation) comme reflet des politiques culturelles menées par les services archives. En effet aujourd’hui, malgré cette enquête, ces amateurs restent une catégorie de publics déconsidérée et illégitime, auxquels les chercheurs et étudiants sont préférés.

Les Rencontres/Publics sur les usages des patrimoines numérisés

Quel avenir pour la consultation des archives à l’université ?

Des collégiens sont à une table à travailler dans la salle de lecture d'un service d'archives

Collège LP recherche aux archives pour le Label Centenaire avec Madame Cendres (AM Montpellier)

Le Service interministériel des archives de France (ministère de la Culture) mène une enquête sur le travail à partir d’archives dans les sciences humaines et sociales, quels que soient les types d’archives ou leur lieu de conservation. Elle vise à cerner les

usages des sources d’archives pour l’enseignement ou pour des travaux de recherche (mémoire, thèse, recherche universitaire) mais aussi les raisons de leur non utilisation.

Ce questionnaire s’adresse :

  • Aux enseignant(e)s en sciences humaines et sociales (incluant le droit) : maître(sse)s de conférences, doctorant(e) donnant des cours, enseignant(e) contractuel(le), ATER, PRAG…       
  • Aux personnes qui viennent d’entrer en master ou ont obtenu un master 2 ces deux dernières années.  

Ce questionnaire s’adapte autant que possible à toutes ces situations. Il dure environ 10 minutes. Il est constitué majoritairement de questions fermées et ne nécessite pas d’aller chercher des informations ailleurs. Les réponses sont anonymes.

Le lien du questionnaire : https://s1.sphinxonline.net/surveyserver/s/VPCMN/Avenir_archives/questionnaire.htm

Nous vous remercions d’y répondre et de le diffuser aux personnes concernées.

L’enquête est ouverte jusqu’à la fin du mois de novembre 2024.

Où trouver des informations sur les publics des musées ? Petit guide bibliographique à destination des étudiant-es et des professionnel-les

Femme avec le regard pensif s'accoudant sur une pile d'ouvrages
“Femme assise tenant un livre de la main droite et le bras gauche accoudé sur les livres”, sanguine de/d’après Le Brun, XVIIe s, Gallica

Beaucoup d’études de publics sont réalisées par les institutions patrimoniales et les musées sur leurs publics mais seule une partie des résultats est diffusée. Il est donc important de connaître les enquêtes menées, les types d’informations recueillies et les méthodologies employées ainsi que les publications qui en découlent. Ce billet n’a pas d’ambition d’exhaustivité mais de donner des pistes pour savoir où chercher et comment se structurent les connaissances et informations sur les publics. Il est amené à être complété au fur et à mesure avec les références les plus récentes en la matière. Il faut d’ailleurs se rappeler que les pratiques culturelles évoluent lentement et donc les rapports datant de plusieurs années ne sont pas « périmés », comme on peut souvent l’entendre.

La méthodologie des études de publics

Avant de pouvoir obtenir des connaissances sur les publics, il est nécessaire de mettre en place une enquête avec une méthodologie adaptée. Pour débuter des recherches sur les outils de médiation et/ou les études de publics, la bible sera l’ouvrage de Lucie Daignault, “L’évaluation muséale. Savoirs et savoir-faire” (2011). On y trouve une introduction avec l’histoire de l’évaluation muséale au Québec qui replace les enjeux de connaissances sur les publics et leurs usages au sein des musées (très proche de ce qu’il s’est passé en France), les types d’études qualitatives et quantitatives et les méthodologies adéquates avec des exemples de grilles, de questionnaires, de guides… Le grand intérêt réside également dans études de cas pour comprendre comment analyser les résultats. L’ouvrage est simple, clair et spécifique à la recherche en muséologie. Il est tout à fait adapté aux professionnel-les qui souhaiteraient s’initier aux enquêtes. On le trouve en achat en ligne, en BU et à la bibliothèque de la Cité des sciences et du CNAM.

Continuer la lecture

Qui et comment fait-on des recherches historiques dans les archives en ligne ?

Capture d’écran du cadastre napoléonien de la commune d’Essey-lès-Nancy, numérisé par les AD de Meurthe-et-Moselle, 1833,1906, http://archivesenligne.archives.cg54.fr/s/7/cadastre-napoleonien/resultats/?

En 2020, plus de 475 millions de documents numérisés sont accessibles sur les sites internet des archives nationales, régionales, départementales et municipales françaises[1]. Ces numérisations massives et leur mise en ligne sont le fruit de politiques culturelles numériques amorcées depuis les années 2000. Quels sont les usages de ces archives en ligne ? Quels sont les types de publics qui travaillent à partir de ces documents ? Quelles sont les perceptions de ces services en ligne par les usager-es ?

Le 16 mars 2022, c’est à l’occasion du séminaire “Travailler en salle de lecture à l’ère numérique” organisée par Caroline Muller (Rennes 2) et Frédéric Clavert (C2DH) que nous avons fait une présentation intitulée “Les recherches historiques sur les sites internet d’archives. Profils d’usagers, satisfaction et attentes” avec Brigitte Guigueno (SIAF).

Il s’agit d’une analyse secondaire de l’enquête Deux milliards de clics. Enquête sur les usagers en ligne des archives [2] lancée par le Service Interministériel des Archives en France en 2021 sur les publics en ligne de 100 services d’archives différents. Elle a été rendue possible grâce à la l’ouverture des données du ministère de la Culture en open data.

Pour répondre à la question, 2 catégories d’usager-es ont été explorées :

  • celles et ceux qui déclarent faire une recherche historique comme motivation à la venue sur le site internet (9% des répondant-es)
  • celles et ceux qui déclarent être enseignant-e à l’université et faire une recherche historique (3% des répondant-es)

Premièrement, nous présentons les caractéristiques socio-culturelles de ces usager-es : genre, âge, diplôme, pratiques culturelles, et pratiques ordinaires de l’internet. En somme, 2 portraits d’usager-e des archives en ligne pour des recherches historiques seront dessinés.

Deuxièmement, nous présentons les usages des archives en ligne : ancienneté de ce type d’usages, fréquence, venue en salle, types de services d’archives, fonds et ressources documentaires mobilisés, autres bases de données documentaires et patrimoniales utilisées… On observe des usager-es investi-es, ayant de bonnes connaissances des sites internet d’archives et d’autres ressources patrimoniales numérisées.

Enfin, troisièmement, nous analysons la perception qu’ils ont des différents éléments et outils qui composent un parcours d’usage en ligne à partir de la satisfaction qu’ils en retirent : qualité de la numérisation des documents, facilité d’utilisation des instruments de recherche, facilité à comprendre les aides en ligne… mais également les souhaits de ces usagers en matière de développement et de nouveaux services. En filigrane, nous y lisons certaines des évolutions de la pratique de recherche en ligne et les outils informatiques pour la supporter.

Vous pouvez lire ou télécharger la présentation ci-dessous.

[1] Service interministériel des Archives de France (SIAF), Rapport d’activité 2020, 2021, [en ligne], https://francearchives.fr/article/37979/, consulté le 26 janvier 2022.

[2] Couillard Noémie, Nouvellon Maylis (agence Voix/Publics), Deux milliards de clics. Enquête sur les usagers en ligne des archives, commande du Service Interministériel des Archives en France, ministère de la Culture, 2021, [en ligne], https://francearchives.fr/file/0b9640050b4b2d47c0547140d88bc9593c49ba02/Rapport_Archives_Deuxmilliardsdeclics.pdf, consulté le 26 janvier 2022.