Qui et comment fait-on des recherches historiques dans les archives en ligne ?

Capture d’écran du cadastre napoléonien de la commune d’Essey-lès-Nancy, numérisé par les AD de Meurthe-et-Moselle, 1833,1906, http://archivesenligne.archives.cg54.fr/s/7/cadastre-napoleonien/resultats/?

En 2020, plus de 475 millions de documents numérisés sont accessibles sur les sites internet des archives nationales, régionales, départementales et municipales françaises[1]. Ces numérisations massives et leur mise en ligne sont le fruit de politiques culturelles numériques amorcées depuis les années 2000. Quels sont les usages de ces archives en ligne ? Quels sont les types de publics qui travaillent à partir de ces documents ? Quelles sont les perceptions de ces services en ligne par les usager-es ?

Le 16 mars 2022, c’est à l’occasion du séminaire “Travailler en salle de lecture à l’ère numérique” organisée par Caroline Muller (Rennes 2) et Frédéric Clavert (C2DH) que nous avons fait une présentation intitulée “Les recherches historiques sur les sites internet d’archives. Profils d’usagers, satisfaction et attentes” avec Brigitte Guigueno (SIAF).

Il s’agit d’une analyse secondaire de l’enquête Deux milliards de clics. Enquête sur les usagers en ligne des archives [2] lancée par le Service Interministériel des Archives en France en 2021 sur les publics en ligne de 100 services d’archives différents. Elle a été rendue possible grâce à la l’ouverture des données du ministère de la Culture en open data.

Pour répondre à la question, 2 catégories d’usager-es ont été explorées :

  • celles et ceux qui déclarent faire une recherche historique comme motivation à la venue sur le site internet (9% des répondant-es)
  • celles et ceux qui déclarent être enseignant-e à l’université et faire une recherche historique (3% des répondant-es)

Premièrement, nous présentons les caractéristiques socio-culturelles de ces usager-es : genre, âge, diplôme, pratiques culturelles, et pratiques ordinaires de l’internet. En somme, 2 portraits d’usager-e des archives en ligne pour des recherches historiques seront dessinés.

Deuxièmement, nous présentons les usages des archives en ligne : ancienneté de ce type d’usages, fréquence, venue en salle, types de services d’archives, fonds et ressources documentaires mobilisés, autres bases de données documentaires et patrimoniales utilisées… On observe des usager-es investi-es, ayant de bonnes connaissances des sites internet d’archives et d’autres ressources patrimoniales numérisées.

Enfin, troisièmement, nous analysons la perception qu’ils ont des différents éléments et outils qui composent un parcours d’usage en ligne à partir de la satisfaction qu’ils en retirent : qualité de la numérisation des documents, facilité d’utilisation des instruments de recherche, facilité à comprendre les aides en ligne… mais également les souhaits de ces usagers en matière de développement et de nouveaux services. En filigrane, nous y lisons certaines des évolutions de la pratique de recherche en ligne et les outils informatiques pour la supporter.

Vous pouvez lire ou télécharger la présentation ci-dessous.

[1] Service interministériel des Archives de France (SIAF), Rapport d’activité 2020, 2021, [en ligne], https://francearchives.fr/article/37979/, consulté le 26 janvier 2022.

[2] Couillard Noémie, Nouvellon Maylis (agence Voix/Publics), Deux milliards de clics. Enquête sur les usagers en ligne des archives, commande du Service Interministériel des Archives en France, ministère de la Culture, 2021, [en ligne], https://francearchives.fr/file/0b9640050b4b2d47c0547140d88bc9593c49ba02/Rapport_Archives_Deuxmilliardsdeclics.pdf, consulté le 26 janvier 2022.



Citer ce billet
Noémie Couillard (2022, 31 août). Qui et comment fait-on des recherches historiques dans les archives en ligne ? Penser les publics dans la culture et le patrimoine. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/syia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.