Le musée participatif (note de lecture)

Cet article est un note de lecture initialement publiée dans le dernier n° de La Lettre de l’OCIM (janv/fev 2019, n°181) dans sa version d’origine. Cette note est faite à partir de l’ouvrage: Le musée participatif : L’ambition des écomusées, sous la direction d’Alexandre Delarge, assisté par Isabelle Roussel.

L’ouvrage collectif Le musée participatif : L’ambition des écomusées est paru en mars 2018, sous la direction d’Alexandre Delarge, à la suite des XIIe rencontres professionnelles de la Fédération des écomusées et des musées de société (FEMS). Cet ouvrage comble un manque paradoxal : il est une première synthèse historique et conceptuelle uniquement consacrée à la muséologie participative alors même qu’elle est de plus en plus régulièrement mise à l’honneur dans les rencontres professionnelles. Ces réflexions sont appuyées par de nombreux cas pratiques égrainés au fur et à mesure des articles, complétés en annexes par des « fiches-expériences » de plusieurs écomusées.

John Kinard devant l’entrée de l’Anacostia Neighborhood Museum, mai 1968, Smithsonian Institution Archives, Office of Public Affairs

L’ouvrage est composé de trois parties. La première partie revient sur les débuts dans les années 1970 de ce qu’on appellera plus tard la nouvelle muséologie et ses actualisations contemporaines en lien avec les pratiques numériques en ligne et celles mises en œuvre dans des fab lab. Deux articles ont particulièrement retenu notre attention dans cette visée historique. L’article de J-C. Duclos retrace quelques étapes de la vie de John Kinard, « le défricheur »[1] et premier directeur de l’Anacostia Neighborhood Museum. Installé dans le quartier de Washington dont il porte le nom en 1967, ce musée est conçu précisément pour les besoins d’habitant·es noir·es défavorisé·es à des fins de connaissances sur des thèmes qui les concernent tout particulièrement (la condition des Noir·es, l’incarcération, l’insalubrité des logements, etc.[2]) Quelques années plus tard, au Creusot, une démarche similaire est mise en œuvre par Marcel Evrard, Joseph Lyonnet, Jean-Christophe Combier et Hugues de Varine : créer le premier écomusée qui permette aux habitant·es de se (ré)approprier un territoire en crise. Dans son article, Hugues de Varine retrace les influences fortes de nouvelles conceptions muséologiques développées en dehors de l’Europe (américaine, latino-américaine, africaine) pour penser le rôle social du musée. Ces deux articles montrent comment les « modèle[s] utopique[s] » (p.8) s’enracinent dans les pratiques et se théorise dans des processus.

Les deuxième et troisième parties décrivent des expériences participatives dans des écomusées, premiers en France à avoir posé la participation des habitants comme principe de fonctionnement, mais également dans des musées ethnographiques et/ou de territoires, musées d’histoire et plus généralement dans les démarches de sciences ouvertes qui font appel à de nombreux bénévoles. Ces actions se rattachent à différentes fonctions du musée: la conception d’un musée, la constitution et les apports scientifiques autour d’une collection d’une part et la conception d’exposition et d’opérations de médiations d’autre part. Par-là, l’ouvrage montre un double mouvement où d’un côté les écomusées, d’abord élaborés sans objet, se sont « normalisés » avec la composition de collections[3] et de conservatoires et de l’autre côté le principe participatif se propage à d’autres types de musées, de patrimoines et d’acteurs scientifiques.

L’ensemble de l’ouvrage montre que la muséologie participative n’est ni une évidence, ni une chose facile. Nous revenons sur quelques-uns des enjeux soulevés par les auteur·es : inventer de nouveaux rapports avec les personnes concernées, renouveler les pratiques professionnelles pour y parvenir, et entamer une réflexion sur leur cadre d’action juridiquement et philosophiquement contraignant.

Les professionnel·les des musées décrivent avec soin les démarches déployées dans ces « projets partagés » (p.133), notamment le jeu d’équilibriste entre le tissage de liens avec les destinataires et destinatrices et les tensions sur la légitimité scientifique des paroles émises et les prises de décision qui peuvent en découler. Les méthodes ethnographiques sont alors des ressources utiles pour aller à la rencontre des individus visés, y négocier la place de chacun·e  et recueillir leurs savoirs et leurs paroles. Les méthodes scientifiques générales, comme le recoupement de différentes sources d’informations ou la mise au point d’outils collectifs, fournissent un cadre d’action possible où les positions de chacun·e sont discutées.

Toutefois une tension semble se cristalliser dans la relation elle-même avec des publics, des habitant·es, des populations, parfois récalcitrant·es, souvent peu présentes au rendez-vous. En effet, les projets sont principalement impulsés par décisions politiques ou institutionnelles, souvent après le constat d’un manque: de publics particuliers (les habitant·es de proximité dans le cas du « Don de mémoire » présenté par J. Croquet, des personnes analphabètes au musée du Fier Monde dans l’article écrit par Eric Giroux) ou dans les collections (absence de représentation de la culture gitane au Museon Arlaten dans l’article de J.-L. Poueyto et A. Drilleau ou disparition d’une race de poule ancienne dans celui de J.-L. Maillard). Les professionnel·les peuvent exprimer leur frustration ou leurs doutes sur des opérations coûteuses en temps et qui réunissent peu de personnes concernées. Les récits des professionnel·les ne donnent aucune recette ou « kit[4] » d’une bonne démarche participative mais décrivent leur « politique de la relation[5] », avec ses réussites et ses échecs. En filigrane, on comprend l’importance des compétences sociales nécessaires aux professionnel·les et si souvent invisibilisées[6]. Ils montrent le caractère avant tout expérimental de cette muséologie de l’attention où les usages et les conceptions de ce qui fait patrimoine et ce qui fait société doivent être respectés. Ces conditions sont nécessaires, d’après la conclusion d’A. Delarge, pour que la « coconstruction » devienne l’outil principal de démocratisation des musées (p. 159 et s.).

Dans les difficultés rencontrées, certains auteurs soulignent les freins représentés par la législation française en matière de patrimoine. H. de Varine souligne que l’originalité du musée du Creusot s’accordait mal avec le cadre législatif préexistant faisant des collections un élément constitutif de l’institution muséale. Aujourd’hui, il considère même que « la collection menace la participation » (p.51) par le temps et les financements qui sont consacrés à sa conservation. Intrinsèquement liée, la conception universaliste de la nation – et du patrimoine – est un frein à la participation puisqu’elle ne reconnaît pas les communautés (p.50). M. Colardelle et C. Foissey abondent dans ce sens à propos des projets de musées à Mayotte et en Guyane. Comment une « institution typiquement occidentale » (p.103) peut-elle permettre la reconnaissance de certaines cultures qui n’ont pas d’équivalent aux mots « musée » et « patrimoine » dans leurs langues locales (p.105) ? D’autant plus lorsque la France n’a pas ratifié la convention 169 de l’Organisation internationale du travail qui reconnaît aux peuples autochtones des droits sur leurs pratiques culturelles et garantit leur implication dans les décisions concernant dans projets sur leur territoire (p.108) ?

Les difficultés conceptuelles et pratiques de la muséologie participative poussent une nouvelle fois à interroger le modèle muséal français, comme l’avait fait les inventeurs de l’écomuséologie, dans sa dimension universaliste cette fois-ci. Une des perspectives serait de s’inspirer à nouveau des pensées venues d’ailleurs en matière de participation sociale.

Écrit dans une langue simple et claire, la lecture de cet ouvrage est recommandée à toute personne inscrite dans le champ de la culture et du patrimoine.  Les étudiant·es y trouveront les ressources conceptuelles, historiques et pratiques pour un sujet qu’ils et elles affectionnent tout particulièrement pour leur mémoire d’étude. Les professionnel·les y trouveront des inspirations sur les manières de faire et la réflexivité précieuse des auteurs et autrices comme moteur des pratiques professionnelles. Enfin, les chercheur·ses y trouveront un pan important de l’histoire de la pensée muséologique, celle qui décale le projet muséologique en faisant de la fonction sociale du musée son principe de fonctionnement.

ÉDIT: le sommaire de l’ouvrage (source: le site de la documentation Française)

Avant-propos, Alexandre Delarge

Première partie : Histoire et actualité de la participation

  • Les habitants, nouveaux acteurs du patrimoine ?, Morane Chavanon
  • La participation. Pour un retour au politique en muséologie et dans le domaine “sciences et société”, Joëlle Le Marec
  • Dans les pas du défricheur, Jean-Claude Duclos
  • Emergence de la participation dans les musées, Hugues de Varine
  • Recherches participatives : état des lieux, méthodes et processus, Cyril Fiorini
  • La visite du musée de société à l’époque de la culture numérique. Etude des interactions médiatisées pendant la visite, Florence Andreacola

Deuxième partie : Participation et missions scientifiques

  • Introduction. Quand le public “ramène sa sciences ” : quelle place pour les musées au sein des processus participatifs ?, Valérie Perlès
  • Enjeux et limites de la collecte participatives. Etude de cas à l’écomusée du Val de Bièvre, Alexandre Delarge
  • Le “don de mémoire” : territoire, patrimoine immatériel et transmission, Julie Croquet
  • Le musée et les acteurs économiques : protection et valorisation économique d’une ancienne race de volaille, le coucou de Rennes, Jean-Luc Maillard
  • Quelle(s) participation(s) des communautés ultramarines dans un nouveau projet de musée ? Mise en perspective des deux cas : Mayotte et la Guyane, Michel Colardelle et Colette Foissey
  • Activités muséales et participation de Tsiganes : une affaire de manière, Jean-Luc Poueyto et Anne Drilleau

Troisième partie : Participation et médiation

  • Introduction. Médiation et participation : une évidence et une gageure, Julie Guiyot-Corteville
  • Mutations urbaines, mémoires et habitants : le projet “Faisons connaissance” à Villeurbanne, Géraldine Huet
  • L’expérience participative : une condition parfois nécessaire de la (ré)appropriation du musée, Eric Giroux
  • Un laboratoire culturel au sein du musée : Les rendez-vous 4C aux Champs libres, Manuel Moreau
  • Du terrain aux publics, quelques démarches collaboratives du jeune MUCEM, Cécile Dumoulin

Conclusion : La coconstruction, outil principal de la démocratisation des musées, Alexandre Delarge

[1] De Bary, M.-O., Desvallées, A., et Wasserman, F. Vagues: une anthologie de la nouvelle muséologie. Vol. 1 et 2 Mâcon : Editions W, 1992 et 1994.

[2] Une des plus célèbres avait pour thématique le rat. Cf Autry, R., «The Rats Are Still with Us »: Constructing Everyday Life at the Anacostia Museum in Washington, DC , Museum and Society, 14, no 1, 2016, pp. 160‑177.

[3] Poulard, F. Conservateurs de musées et politiques culturelles: l’impulsion territoriale. Paris: la Documentation française. 2010.

[4] Bonaccorsi, J. et Nonjon, M., « La participation en kit » : l’horizon funèbre de l’idéal participatif, Quaderni, no 79, 2012, pp. 29‑44.

[5] Expression empruntée à Francesca Poloniato, directrice du Théâtre du Merlan à Marseille, lors d’une rencontre des acteurs et actrices de la médiation à Nantes en novembre 2018.

[6] Peyrin ,A.,  Focus – Les paradoxes de la médiation culturelle dans les musées , Informations sociales, n° 170, no 2, 2012, pp. 62‑65.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Noémie Couillard (25 février 2019). Le musée participatif (note de lecture). Penser les publics dans la culture et le patrimoine. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/syi8


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.